Une divine d’Alsace
Coup de Coeur Publié le 12 Novembre 2014

Une divine d’Alsace

Au départ, Dominique Schoenheitz était plutôt attirée par les Eaux et Forêts, mais ils n’acceptaient pas les filles. Alors elle s’est inscrite au lycée viticole de Beaune. Et voilà comment la Beaujolaise, qui avait l’habitude d’aller faire les vendanges dans les vignobles du nord de Lyon, a rencontré Hervé, fils de viticulteur à Wihr-au-Val.

Quelques décennies plus tard, le couple se retrouve à la tête d’un joli domaine d’une quinzaine d’hectares au-dessus du village. C’est le vignoble le plus oriental de la vallée de Munster et aussi un des plus élevés d’Alsace. Tout en haut, on atteint les 500 mètres : idéal pour les rieslings. La terre, la vigne, le soleil, le grand air… c’est le royaume de Dominique. Hervé, lui, est à la vinification. Entre eux, il y a comme un accord tacite : « J’apporte le meilleur raisin possible à mon mari. » Pour ça, elle supervise tous les travaux manuels de la vigne : planter, tailler, attacher les baguettes… jusqu’au moment subtile du contrôle de la maturité avant de lancer la vendange.

Dominique soigne ses vignes comme elle soignerait un jardin. Chaque pied de vigne est individuel. Approche féminine d’un métier d’hommes ? Pas sûr. Pour elle la part de la femme est ailleurs. Dans la communication d’abord. « Je n’aime pas le langage ésotérique qui éloigne les gens du vin. Faire du vin, c’est pouvoir donner du plaisir en partage. Ca nécessite que le langage soit simple. »

C’est en tout cas cette approche qui l’a incitée à adhérer dès le début à l’aventure des Divines d’Alsace, en 2011. L’association regroupe aujourd’hui 70 femmes œuvrant dans le domaine du vin. Elle est avant tout un réseau d’entraide entre les adhérentes et de promotion du vin. Ainsi, cet été Dominique Schoenheitz a reçu dans son caveau de Wihr-au-Val une promenade musicale et théâtrale autour du vin proposée par les Divines : de la flûte, de l’orgue de barbarie, du chant et pas mal de fantaisie en dégustant une sélection de grains nobles… que du bonheur.

 

 

 

Note :
Votez pour cet article :
Je vote !
Aucun commentaire
A lire egalement