Un amour de maison
Coup de Coeur Publié le 25 Février 2016

Un amour de maison

« Au départ, c’était un rêve de gosse : reprendre cette vieille maison et la restaurer », raconte Franck Heini. Quelques années plus tard, après des mois et des mois de labeur, c’est devenu une très belle maison alsacienne. Un modèle. La maison familiale, située à Ohnheim, est une ancienne maison de pêcheur et date de 1568. Après y avoir habité quelques années, Franck et Sophie, son épouse, se lancent dans les travaux. La maison a d’abord été entièrement désossée : les briques, le vieux torchis, les planchers, les plafonds, les cloisons, les tuiles… tout a été retiré, il ne restait plus que le colombage.

Et le chantier a commencé. Après l’intervention lourde du charpentier, qui dit n’avoir jamais travaillé sur une maison aussi ancienne, le jeune couple, aidé d’une dizaine de frères, cousins, amis… s’est mis au travail. Ils ont tout fait eux-mêmes. Poutres, tomettes et pierres anciennes, encadrements de fenêtre Renaissance et les fameuses tuiles Biberschwantz (queue de castor)… tout a été récupéré sur d’anciennes maisons. Le torchis à base d’argile de lœss et de paille et les enduits à la chaux ont été préparés et posés selon les techniques traditionnelles. Et, au bout de quatre ans de chantier, la maison a retrouvé son aspect d’antan : une belle demeure aux colombages en croix de Saint-André avec un haut toit à deux pans et sa large croupe qui déborde sur l’avant. Seule nouveauté : cinq lucarnes rampantes ont été créées… à l’ancienne bien sûr.

Pour être sûr de ne pas commettre d’erreur, Franck s’est souvent rendu sur le site de l’Association pour la Sauvegarde de la Maison Alsacienne, histoire de découvrir les vieux matériaux et les façons de faire. Aujourd’hui, il a rejoint l’association : il y rencontre d’autres amoureux de vieilles maisons et partage avec eux. Et il ne compte pas s’arrêter là : il vient de racheter une petite maison, à colombage, bien sûr, et s’apprête à la remonter sur son terrain. Cette passion, il ne se l’explique pas : « C’est là depuis que je suis tout petit. C’est comme ça. C’est le respect pour les choses anciennes et ceux qui les ont réalisées. » Et le grand père qui lui a cédé la maison, il en pensait quoi ? « Il est parti avant la fin des travaux, regrette Franck. Mais même s’il ne disait rien, je sais qu’il était conquis. »

Crédit photo : Franck Heini

Thématique(s) :
Patrimoine
Note :
Votez pour cet article :
Je vote !
Aucun commentaire
A lire egalement