La tournée quotidienne du livreur de pain
Portrait Publié le 15 Février 2017

La tournée quotidienne du livreur de pain

Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, Michel Fuhrmann n’a jamais manqué le rendez-vous. Tous les soirs, il enfourche son vélo auquel il a accroché une remorque remplie de 80 kg de pain et parcourt les rues de Metz : il part à la rencontre des plus nécessiteux pour leur distribuer leur pain quotidien. La tournée commence à 17 h 30 dans une salle paroissiale et s’achève à 23 h 30 dans une famille roumaine qui habite au dixième étage d’une barre d’immeubles et qui immanquablement lui offre le café.

A 75 ans, et depuis plus de dix ans qu’il fait sa tournée, Michel Fuhrmann, avec sa belle barbe blanche et son gilet jaune fluo, est connu comme le loup blanc à Metz. Il a commencé en voiture, mais au fur et à mesure qu’il perdait ses points de permis de conduire a fini à vélo. Ce qui ne lui déplait pas : « A vélo, je m’arrête plus facilement. Si je ne les vois pas, les gens m’appellent, ils me courent après, je leur donne du pain et eux ils me racontent leurs histoires, ils se confient à moi. » En février 2016, les jeunes boxeurs du Fight Club de Metz Borny lui ont offert un vélo électrique… Il se l’est fait voler quelques mois plus tard ! Et un jour, en allant chercher son pain dans une des boulangeries où il s’approvisionne, la boulangère lui a remis une lettre. Une dame lui écrivait qu’elle lui donnait son vélo électrique. La générosité appelle la générosité.

Chaque soir, en six heures de tournée, Michel Fuhrmann distribue du pain à près de 80 personnes : beaucoup de familles, mais aussi des SDF. Mais en fait pourquoi fait-il ça, et sans jamais s’arrêter ? « Quand j’étais ingénieur, j’ai vu la misère sur tous les continents. Et quand on voit ce qu’on gâche tous les jours, ça fait mal au cœur. Ce qui me fait plaisir, c’est de voir sourire les gens après que je leur ai donné le pain. » Et il en voit des sourires : près de 80 par jour, tous les jours sans exception, depuis plus de dix ans. Si, une fois Michel Fuhrmann s’est arrêté pour aller à l’enterrement d’une jeune parente. Le lendemain soir, il a repris son vélo.

Thématique(s) :
Entraide
Note :
Votez pour cet article :
Je vote !
Aucun commentaire
A lire egalement