Les six petits rois de la meute
Coup de Coeur Publié le 07 Novembre 2016

Les six petits rois de la meute

C’est l’histoire d’une meute en formation. Au printemps dernier, six louveteaux sont nés au Parc Sainte-Croix. Ils sont les enfants d’Eclipse, la femelle, et d’Iris, le mâle, deux jeunes loups européens arrivés quelques mois auparavant avec Yago. Après s’être arraché les poils du ventre pour dégager ses mamelles, signe d’une naissance imminente, Eclipse avait disparu dans sa tanière le 27 mai. Et c’est seulement dans la deuxième quinzaine du mois de juin, qu’un premier louveteau, tout craintif, était apparu. Et puis deux, le lendemain, et puis trois, jusqu’au jour où l’équipe de soigneurs a fait connaissance de la meute au grand complet : six louveteaux (trois mâles et trois femelles) avec leurs parents et l’oncle Yago.

Très vite, les p’tits loups se sont mis au rythme de la vie de la jeune meute dans son enclos d’1 ha de forêt de chênes et de hêtres. Entre sommeil et jeux, la journée est rythmée par les repas. Dès le deuxième mois, les louveteaux s’habituent à la viande en faisant régurgiter leurs parents. Ils leur lèchent les babines et, par réflexe, ceux-ci crachent la viande prémâchée. C’est généralement le père, Iris, qui se dévoue. Les adultes sont les compagnons de jeux obligatoires des petits : courses, coups de patte, mordillage de la queue… les parents se montrent d’une incroyable patience devant les six enfants rois de la meute. Et si par hasard l’oncle Yago se laisse aller à quelques agacements, l’un des deux parents le rappelle vite à l’ordre. L’apprentissage se fait aussi à la voix : les aboiements pour avertir, les jappements dans les phases de jeu ou de tendresse et bien sûr les hurlements (très clairs et aigus dans les premiers mois) avec l’ensemble de la meute en cas de stress émotionnel qu’il soit positif ou négatif.

Près de six mois après leur naissance les louveteaux ont pris de la voix et du poids : aujourd’hui les trois mâles font déjà la taille de leur mère et pèsent une vingtaine de kilos. Tous les six ont revêtu leur beau pelage gris d’hiver.  Les caractères commencent aussi à s’affirmer. Au nourrissage, deux jeunes mâles et une jeune femelle, toujours les mêmes, arrivent les premiers avec leurs parents… préfigurant probablement les futurs dominants de la meute. Et d’ici la fin novembre, les six louveteaux devraient recevoir leur nom. Une chose est sûre, ça commencera par un G. Pour le reste, ce sera en fonction de leur caractère.

 

Le Parc de Sainte-Croix est ouvert jusqu’au 16 novembre de 10 h à 17 h 30.

Plus d'informations : www.parcsaintecroix.com

Crédits photo : Parc animalier de Sainte Croix

Note :
Votez pour cet article :
Je vote !
Aucun commentaire
A lire egalement