Le retour précoce des cigognes
Coup de Coeur Publié le 07 Mars 2016

Le retour précoce des cigognes

Ca ne vous aura sûrement pas échappé : les cigognes sont déjà de retour. Et, pour une fois, le changement climatique n’y est pour rien. Explication d’un retour très précoce. Chaque année, les cigognes  quittent l’Alsace entre la mi août et la fin septembre, avec un pic de départ (les journées noires, dirait Bison Futé, dans les derniers jours d’août). Traditionnellement, les cigognes alsaciennes volaient jusqu’en Afrique du Nord voir en Afrique de l’Ouest. « Depuis quelques années, remarque Gérard Wey, directeur de l’Aprecial (Association pour la Protection et la Réintroduction des Cigognes en Alsace-Lorraine), on observe, grâce aux balises Argos dont sont équipées une vingtaine de cigognes de la vallée du Rhin, que bon nombre d’entre elles s’arrêtent sur les décharges à ciel ouvert d’Espagne, qui leur garantissent assez de nourriture pour passer l’hiver. »

« Les cigognes n’ont pas internet, rassure l’observateur, mais elles ont une horloge interne, qui, à la mi-janvier, dès lors que les jours commencent à rallonger, leur dit qu’il est temps de reprendre la route vers le nord. » Et forcément, comme il y a moins de distance à faire que depuis l’Afrique, elles arrivent plus tôt en Alsace. Le 15 février dernier, 75 à 80% des 1 500 cigognes alsaciennes étaient déjà arrivées, soit un mois plus tôt qu’il y a une trentaine d’années. Voilà pourquoi, trente-trois après la création de l’Aprécial, Gérard Wey, insiste sur le bon comportement à tenir à l’égard des cigognes : « Il faudrait que la cigogne puisse vivre avec nous, mais pas chez nous. Ne nourrissez pas les cigognes au-delà de plus 5 à plus 6° et évitez de les nourrir en été. Aidez-les à se débrouiller toutes seules. » Laissez faire la nature pour qu’elles reprennent les grandes routes migratoires.

Dans les années 1980, il ne restait qu’une dizaine de couples dans toute l’Alsace. L’espèce était en voie de disparition. Aujourd’hui grâce à la passion de quelques Alsaciens, qui ont pris l’initiative de les nourrir en hiver, et au travail de l’Aprecial, on compte 760 couples dans toute l’Alsace. La population est quasiment stabilisée avec un âge moyen de 12 à 13 ans. Même si CRBO 131, c’est son numéro de balise Argos, bien connue des habitants de Turckheim, a atteint les 32 ans.

Pour plus d'infos cliquez ici 

Crédit photo : Fotolia

Thématique(s) :
Environnement Nature
Note :
Votez pour cet article :
Je vote !
Aucun commentaire
A lire egalement