Quatre Alsaciens dans le vent
Portrait Publié le 26 Février 2016

Quatre Alsaciens dans le vent

Il y a Antoine, à la batterie, Jean-Noël, au chant et à la guitare, Julien, à la guitare, et Tim à la basse. Ils ont entre 20 et 21 ans  et sont tous originaires du Sundgau. Les 2 et 3 février dernier, ils ont joué devant 15 000 personnes pour la première partie de Johnny Halliday à Bercy. C’est le groupe Last Train. Les quatre Alsaciens dans le vent se sont rencontrés il y a huit ans sur les bancs des collèges du Sundgau et du lycée Jean-Jacques Henner d’Altkirch. « On n’avait pas vraiment de culture rock, se souvient Tim. Mon père par exemple était plutôt hip hop. Certains avaient appris la guitare à l’école de musique municipale. D’autres n’avaient jamais touché un instrument. Mais on était potes. On était des ados. On voulait faire de la musique. L’histoire du rock, c’est venu entre nous. Ca nous plaisait. On  s’est auto influencé. »

Au début, le groupe se réunissait tous les mercredis après-midi chez Antoine, dans sa chambre. « C’est lui qui, avait la batterie. Il lui était difficile de se déplacer, raconte Tim. Ses parents étaient cools. Comme tous nos parents d’ailleurs qui nous conduisaient tous les mercredis aux répétitions, mais aussi pour nos premiers concerts, comme d’autres conduisent leurs enfants au foot ou au cheval. » Les voisins du quartier aussi étaient cools : ils ont profité de toutes les répétitions pendant toutes les années collège du groupe. Et puis début 2014, après les premières années de fac ou d’IUT, les garçons prennent une grande décision : « On décide de s’y mettre à fond », explique Tim. Ils se lancent dans leur première tournée européenne. Comme des grands : CD, clip, promo… tout est fait par eux-mêmes et dans les règles de l’art. Et ça marche : on les retrouve au Printemps de Bourges, où ils s’offrent même le luxe de remporter le prix des Inouïs, récompensant les groupe émergeants, à Rock en Seine ou aux Inrocks… Et puis à Bercy, il a quelques semaines, histoire de chauffer la salle pour Johnny !

Aujourd’hui, Last Train sillonne l’Europe et la France dans une nouvelle tournée : le Holy Family Tour. Ils sont en concert tous les deux ou trois jours, entre Chemnitz, tout à l’est de l’Allemagne, Gênes, en Italie, ou Arles… « C’est notre vie, on vit de ça, résume Tim. On va continuer à tourner dans plein de salles, et plein de festivals. Cet été on sera aux Vieilles Charrues. » Leurs fans sont de plus en plus nombreux : ils se laissent embarquer dans un rock sans artifice. « Quant tu viens à un concert de Last Train, t’es pris dans le truc de a à z, analyse le bassiste. Tu t’engages dans une sorte de randonnée pendant laquelle tu vas passer par plein d’état. C’est pas que du gros son. Quelque fois, peut-être tu vas pleurer. Nous aussi, on chiale sur scène. » Bref un beau voyage : ne les ratez pas, c’est le dernier train.

 

Découvrez le titre "THE HOLY FAMILY"

Crédit photos : Jérome Servette

Thématique(s) :
Culture
Note :
Votez pour cet article :
Je vote !
Aucun commentaire
A lire egalement