Lamalas de concours
Coup de Coeur Publié le 04 Avril 2016

Lamalas de concours

En Alsace, le lamala est à Pâques ce que le bradala est à Noël : une tradition ancestrale indissociable de la fête religieuse. Pendant le carême, on ne pouvait manger ni viande, ni œufs. Ceux-ci étaient donc conservés jusqu’au matin de Pâques. Quant à la forme, elle évoque bien sûr l’agneau pascal. Willy Fritsch, pâtissier à Munster, se souvient que quand il était petit le lamala faisait partie du nid de Pâques que les enfants recevaient à la sortie de la messe.

Autrefois chaque famille alsacienne possédait au moins deux à trois moules à lamala. Willy Fritsch utilise encore les moules de sa grand’mère et précise : « Les meilleurs lamala se font dans les moules en terre cuite de Soufflenheim. Autrefois, ils étaient rouges à l’intérieur, aujourd’hui, ils sont jaunes. C’est comme pour le kougelhopf : les mélanges se font mieux dans la terre cuite. » Cela fait maintenant trois ans que, dans les jours qui précèdent Pâques, Willy Fritsch organise des ateliers lamala dans sa pâtisserie : quatre séances, dont deux sont réservées aux enfants le mercredi après-midi. Et dès lors qu’on maîtrise la technique, on peut se présenter au concours du meilleur lamala organisé pour la deuxième année par l’Office du Tourisme de la Vallée de Munster, le 4 avril. En attendant, Willy vous livre sa recette.

Pour un lamala de 200 g : 4 beaux œufs, 125 g de sucre, 110 g de farine, 15 g de fécule et 1 zeste de citron.

1/ Séparer les jaunes des blancs.

2/ Monter les jaunes avec 2/3 du sucre. On peut rajouter ½ coquille d’eau pour les détendre.

3/ Monter les blancs avec le reste du sucre. Sans excès : quand en soulevant le fouet, on obtient un bec d’oiseau, c’est bien.

4/ Incorporer les blancs (1/3) dans les jaunes, rajouter la farine et le citron.

5/ Incorporer le reste des blancs et mélanger délicatement.

6/ Verser l’ensemble dans le moule qu’on a précédemment beurré. Remplir le moule aux ¾. Si le moule fuit, on peut l’étanchéifier avec une bande de papier mouillé trempé dans la farine.

7/ Enfourner à 160°. Et laisser cuire 40 minutes.

8/ Retirer le moule, l’ouvrir délicatement et laisser refroidir avant de sortir le lamala, sinon il se plie.

N’oubliez pas de saupoudrer l’agneau avec du sucre semoule et de le décorer avec un ruban rose noué autour du cou et des petits fanions de Pâques plantés sur son dos. Et dégustez, de préférence au goûter ou mieux : au petit déjeuner trempé dans le café au lait.

 Crédit photo: Office de tourisme de la Vallée de Munster

Thématique(s) :
Gastronomie Patrimoine
Note :
Votez pour cet article :
Je vote !
Aucun commentaire
A lire egalement