La forêt enchantée d’Ohlungen
Actions ! Publié le 29 Juillet 2016

La forêt enchantée d’Ohlungen

On peut être d’Alsace et du monde. Aimer le chant dialectal alsacien et trépigner aux accords plus ou moins lointains d’un accordéon balkanique ou d’un harmonica du bayou. Se revendiquer d’une tradition multiséculaire et se trémousser aux nouveaux sons ultra contemporains d’un jeune chanteur alsacien. C’est toute la magie du Summerlied qui au mitan du mois d’août, du 11 au 15,  reprend ses quartiers d’été en lisière de la forêt d’Ohlungen. Les Alsaciens seront là, bien sûr : Matskat, le pop, Luc Arbogast, le médiéval, René Eglès, l’incontournable, les Hopla Guys, rockers décoiffant, les Wheeper Circus, qu’on ne présente plus… Ils chantent en alsacien… ou pas. Avant ou après eux, sur la scène de la clairière ou celle de la forêt, Emir Kusturica, artiste polymorphe et polyphonique, fera résonner la forêt aux sons déchainés de la musique des Balkans, Zachary Richard, qui popularisa dans les années 1970 Travailler c’est trop dur, réveillera les chants de l’Amérique francophone ou Alan Stivell nous transportera au cœur de sa Bretagne aux airs antiques de la harpe celtique.

Et le mélange sonore sera poussé à son paroxysme métissé lors de la Nuit d’Encontre, pendant laquelle l’Alsacien, Gaël Sieffert, le Basque, Philippe de Ezcurra, la Bretonne, Rozenn Talec, la Corse, Diana Saliceti,  l’Occitane, Coralie Nazabal et le Réunionnais, Tias, proposeront un répertoire commun et totalement inédit où s’entremêleront les airs, les langues et les accents de tous les coins de France. Une très belle performance en perspective, précédée d’une autre, cette fois en hommage au Barabli de Germain Muller : 60 enfants issus des écoles de musique de Schweighouse-sur-Moder et de Haguenau rafraichiront les airs du plus célèbre des artistes du cabaret alsacien à l’occasion du Songe d’une nuit d’été sous un parapluie.

Mais Summerlied ne se vit pas qu’en chansons, c’est aussi l’amour des mots, dans des lieux dédiés comme au Bàbbeldorf et à la Witzbrunne, les derniers endroits où l’on cause et où l’on se fait des blagues… en alsacien. Un beau vivre ensemble mondial ou chacun accueille, écoute, danse aux sons de l’autre tout en restant soi-même au cœur de la forêt enchantée d’Ohlungen. Une vraie clairière de bonheur.

 

Plus d'infos : summerlied.org

 

Crédit photo couverture : Marie Gerhardy

Photo d'illustration : Festival Summerlied

 

 

Note :
Votez pour cet article :
Je vote !
Aucun commentaire
A lire egalement