La dame en vert donne show aux hôpitaux
Portrait Publié le 03 Mars 2015

La dame en vert donne show aux hôpitaux

Elle s’est révélée au grand public lors d’une récente émission de « La France a un incroyable talent » sur M6. Mais ça fait déjà des années qu’Orianne Bernard court les scènes et les tréteaux d’Alsace et d’ailleurs en faisant le drôle de métier de clown, fakir, et trapéziste qu’elle a appris à Paris, en Italie et au Colorado.

Aujourd’hui, on retrouve l’artiste strasbourgeoise au cœur de deux projets qui conduisent les arts du cirque vers des publics qui en ont particulièrement besoin : les malades psychiatriques, les personnes âgées ou en situation de handicap, les enfants malades… Avec la compagnie Accès Soir, l’artiste rencontre les patients de l’hôpital psychiatrique de Rouffach dans des ateliers théâtraux : « On fait travailler la mémoire, on aide ces personnes à retrouver la confiance en soi qu’elles ont perdue. » Avec la compagnie Cœur de Clown, elle intervient avec quatre autres comédiens pour les personnes âgées des maisons de retraite et des hôpitaux gériatriques ou les enfants hospitalisés. « On joue dans les couloirs, on improvise des scènes dans les chambres des patients, on interagit avec les malades, les membres de la famille, les personnels soignants… et on poursuit notre route. Ce n’est pas facile mais c’est souvent très fort.»

« J’adore la scène, confie le clown pas triste du tout. J’en ferai toujours. Mais avec ces publics si fragilisés, c’est autre chose : je me sens utile. » En attendant, c’est avec le spectacle de la Dame en Verte, dont on a vu un petit aperçu sur le plateau de M6, qu’Orianne retrouve les tréteaux des théâtres. Elle joue le rôle d’Ava, une femme très fatale à la voix torride, genre années 50, moulée dans sa robe verte fendue jusqu’au haut des cuisses, qui se fait suspendre par les dents, à la manière de l’école du cirque circassien, qu’elle a découvert à New York il y a seulement cinq ans. Elle était cet hiver à Hautepierre, elle sera cet automne au PréO d’Oberhausbergen, au Point d’Eau d’Ostwald, aux Tanzmatten de Sélestat et à l’espace Athic d’Obernai.

Entre temps, Orianne continuera de se rendre dans les hôpitaux et les maisons de retraite : elle y est très attendue.

Orianne au "Mont des oiseaux de Wissembourg"
Crédit photo couverture : Paolo SC Campanella  / Crédit photo article : Relais culturel de Wissembourg

Thématique(s) :
Culture Entraide
Note :
Votez pour cet article :
Je vote !
Aucun commentaire
A lire egalement